Addiction sexuelle

Posted on 31, Jan, 2014 | Un commentaire
Addiction sexuelle

Remercions DSK qui a vulgarisé l’addiction sexuelle mieux que n’importe qui. On peut presque dire qu’au niveau de l’inconscient collectif il y a un avant et un après DSK.
En tout cas au niveau de mes consultations j’ai ressenti une très nette recrudescence dans la demande « suis-je un addict sexuel ?»
Quelques célébrités avaient donné ses lettres de noblesse à cette maladie comme Michael Douglas, Tiger Wood ou encore Jack Nicholson. Je viens de parler de maladie car s’en est une.
Avant de s’en croire atteint ou d’en croire atteint les autres, faisons le point.
L’addiction sexuelle est une dépendance comportementale, un peu comme l’addiction à la cigarette est une dépendance au tabac.

Il y a quatre critères principaux qui peuvent faire évoquer cette fameuse addiction sexuelle.

  • Le premier critère est le fait que l’acte se répète. Être addict à quelque chose c’est le faire tout temps et non pas le faire de temps en temps. La notion de fréquence est importante.
  • Le deuxième critère est la notion de manque. Ne pas le faire crée un vide, l’esprit est envahi par ce besoin et cela illustre bien cette notion de manque.
  • Troisièmement l’addiction envahit la vie sociale. C’est à dire que la pratique sexuelle devient plus importante que tout le reste. On est prêt à mettre en péril sa vie sociale pour combler son manque.
  • Enfin l’addiction sexuelle est une contrainte permanente sur le corps sur l’esprit. Le sujet de l’addiction est toujours sur le devant de la scène. Rien n’est plus important que de satisfaire son besoin. On y pense tout le temps et on ressent physiquement le besoin.

Ces quelques questions préliminaires permettent déjà de se rassurer…ou de s’inquiéter.
Un exemple sera plus parlant que le maniement de ces concepts.
Prenons un individu qui se croit atteint d’une addiction à la masturbation. Quelles sont les questions qu’il doit se poser.

  • Combien de fois par jour ?
  • En être privé le transforme-t-il? Malheureux, nerveux, excité
  • Lui arrive-t-il de se masturber au bureau alors que quelqu’un pourrait le surprendre ou bien quitte-t-il une réunion pour se masturber?
  • La concentration sur une tâche est-elle pénible voire impossible avant de s’être masturbé ?

La prise en charge de l’addiction par un thérapeute commence par une évaluation à l’aide de tests qui permettent d’affiner le diagnostic (Goodmann, SAST). À la suite de cela il convient de mettre au point une véritable stratégie pour combattre l’addiction et pour apprendre à vivre sereinement et harmonieusement sans cette contrainte.
La personnalité est très importante et fait partie de la grille d’analyse.
L’addiction, quand elle existe ne doit pas être pris à la légère et la volonté ne suffit pas à s’en guérir. Le recours à un professionnel est indispensable pour espérer se débarrasser de ce comportement et ce n’est pas le fameux DSK qui nous dira le contraire

Crédit image :http://www.freedigitalphotos.net

1 Comment

  1. ANDRE
    28 octobre 2014

    Bonjour,

    merci pour votre blog, c’est un plaisir de vous lire !

    En lisant cet article, je me demande si je ne suis pas un peu dans ce cas… Moi j’aime énormément regarder d’autres femmes « amatrice » sur internet… je ne me caresse jamais car ma femme me comble à ce niveau là, mais j’ai ce besoin « visuel » de voir d’autres femmes dénudées…

    Est ce grave selon vous ? est ce une addiction « sexuelle » ?
    Je n’est la sensation de tromper ma compagne en plus ! est ce mal ?

    Merci d’avance
    je vais continuer la lecture de ce superbe blog

    Cdlt

    Reply

Leave a Reply