Echangisme ou libertinage ?

Posted on 6, Fév, 2014 | Pas de commentaires
Echangisme ou libertinage ?

Je vois parfois des couples pratiquants, si l’on peut dire, et confrontés malgré tout à une crise…. de couple. 
Ce n’est donc pas la panacée contre les crises même s’il s’agit d’un remède possible contre la routine sexuelle.

Je ne fais pas l’apologie de l’amour libre ou de la sexualité ouverte mais échangisme ou libertinage restent une ouverture vers une autre sexualité qui doit être consentie voire désirée par les deux partenaires qui doivent prendre garde de ne pas basculer dans une autre routine.

Tout d’abord quelle différence, et y en a-t-il une, entre échangisme et libertinage?

Je dirais que l’échangisme est une rencontre sexuelle dans le cadre d’un couple monogame, une rencontre sexuelle extraconjugale avec l’accord des deux partenaires, une sorte d’adultère consenti. 
L’échangisme dans cette vision restrictive est vécue comme une activité pouvant offrir aux couples des lieux de rencontre pour une sexualité récréative.

« Dans un couple monogame, dans une société gagnée par l’amour romantique et la fidélité exigée et absolue, les couples négocient des moments hors contrat, chacun peut libérer son désir sexuel sans mettre en cause le couple». C’est du moins comme cela que D. Welzer Lang le qualifie. G. Valensin appelle ça amour de groupe mais personnellement je préfère comme D. Grattepain le mot libertinage. En effet un libertin au sens sexuel du terme est multi-pratique, dont l’échangisme mais aussi le mélangisme, sans aborder les sous-groupes qui étiquettent de nombreuses pratiques comme le côte à côtisme, l’exhibitionnisme, le candaulisme, le gang bang, le bukkake, le gokkun, le SM etc. qui en font également partie.

Une petite histoire du mot libertinage s’impose :

La définition du libertinage a évoluée au cours des derniers siècles et si au XVIème, le libertinage est avant tout un courant de pensée, intellectuel, tendant à la revendication au droit à la liberté de pensée et à la remise en cause des dogmes religieux cela s’est étendu aujourd’hui à l’extension de ce principe de liberté sur la sexualité.

En effet, si de nos jours, le libertin, par définition, se livre aux plaisirs charnels, le libertinage est devenu dès le XVIIIème siècle, synonyme de débauche, de dévergondage, de toute recherche des plaisirs terrestres, qu’ils soient spirituels, matériels ou sensuels.

Selon l’historien Didier Foucault spécialiste de l’histoire du libertinage, celui-ci représente tout à la fois, une contestation intellectuelle des dogmes du Christianisme et une liberté de mœurs affichée.

Au XVIIIème, alors que les libertins « d’esprit » deviennent des « Philosophes », le libertinage désignera toute frivolité, dévergondage, retranscrit dans un style littéraire propre, fondé sur la séduction, la mise en scène de la conquête amoureuse, l’intellectualisation des plaisirs et le rejet de toute contrainte morale, cf. Les Liaisons Dangereuses de Laclos qui en est le modèle.

On parlera de philosophie libertine, empruntant les apparences du roman, reflet d’une élite sociale et d’une conception aristocratique de l’existence, développant tactique, séduction, et stratégie, loin de ce que représente les poèmes gaillards, licencieux et érotiques.

Quoiqu’il en soit, le libertinage est transgressif par rapports aux principes moraux de la société.

Le libertinage a donc acquis au fil des années une connotation certes licencieuse mais aussi délicieuse. L’opposition entre libertinage et bourgeoisie coincée, la libération des mœurs avec son cortège de fantasmes, l’origine du mot qui l’apparente à la liberté (contenue d’ailleurs dans le mot libertinage) font du libertinage une pratique à succès. Ma propre définition au fil des lectures et des recherches serait : Le libertinage regroupe l’ensemble des pratiques sexuelles entre adultes consentants dont le nombre dépasse le couple.

Alors libertinage ou échangisme ?

Vous aurez compris que si mon coeur balance, ma raison a définitivement choisi le mot « libertinage » qui correspond plus à ma vision libre de la sexualité que le carcan restrictif de l’échangisme.

Crédit photo : http://www.freedigitalphotos.net

Leave a Reply