Imaginer n’est pas tromper

Posted on 29, Mar, 2014 | 2 commentaires
Imaginer n’est pas tromper

Angoisse récurrente de beaucoup de patients ou plutôt patientes qui vivent mal d’avoir imaginé un Apollon avant ou pendant une relation sexuelle avec le partenaire de tous les jours.

Apollon peut même être quelques fois plusieurs dans des situations inavouables au regard de la morale judéo-chrétienne mais la scène est apparue au moment opportun pour la stimulation sexuelle et inopportun pour le regard que l’on peut porter sur sa libido.
Pourtant il est légitime voire recommandé de faire appel à toutes les images mentales stimulantes pour participer à la montée de l’excitation sexuelle au même titre que tous les autres sens comme la vue, le toucher, l’odorat ou l’ouïe.

L’imaginaire vient renforcer l’excitation et il faut l’accepter et jouer avec, plutôt que de le craindre et de le repousser.

Hélène Kaplan baptisait le fantasme érotique de « cadeau des dieux » et cette illustre sexologue proposait de convoquer en conscience un choix d’images mentales pour nourrir l’excitation sexuelle.

On est bien loin du fantasme qui s’impose en dehors de notre volonté car au contraire il faut considérer le fantasme comme une pensée que l’on contrôle et que l’on induit.

Pour convaincre voire rassurer les inquiets on peut faire appel à toutes les études sur la sexualité humaine qui ont été réalisées ces 50 dernières années et qui fait apparaître un pourcentage relativement constant de l’utilisation de fantasmes au cours des activités sexuelles avec 80 % des hommes et 70 % des femmes qui y font appel en moyenne.
Les femmes ont plus de mal à dissocier amour et activité sexuelle et les images érotiques utilisées en pensée peuvent être vécues comme de véritables tromperies de l’être aimé.

La femme érotise le lien affectif alors que l’homme réussi à distinguer l’amour affectif de l’amour érotique concentré sur le génital.

Il faut considérer l’érotique comme un renforcement de l’affectif et non pas un concurrent.
Il faut se déculpabiliser de nos pensées qui ne sont pas nos actes. Le champ de l’imaginaire n’appartient qu’à nous et nous devons cultiver pour agir mieux et à renforcer l’affect même si cela fait appel à un érotisme torride. Mieux vaut l’apprivoiser et le couver comme une richesse supplémentaire.

Ce n’est pas un parasite c’est un ami qui nous veut du bien et en matière de sexe cela a une véritable signification.

Crédit photo : http://www.freedigitalphotos.net

2 Comments

  1. Cédric
    28 août 2014

    Bonjour
    Merci pour cet article.
    Cela m’est arrivé il y a peu et cela fait vraiment bizarre !
    J’ai pensé a une collègue de boulot et a un ancien P Q …. J’ai eu très honte sur le moment….
    Pourtant j’aime ma compagne et je la désire…. !
    En plus ‘elle elle manque énormément de confiance , alors si elle savais ca ……. 🙁
    Du coup je culpabilise…. Malgré que je n’y ai jamais repensé depuis..

    Reply
  2. ANDRE
    23 octobre 2014

    Bonjour,

    il m’est arrivé cela avec une voisine à moi qui est très mignonne !
    Pourtant j’aime passionnément ma femme, plus que tout !

    Qu’en pensez vous ? Comment dois je le prendre ?

    Merci d’avance

    Andre

    Reply

Leave a Reply