Sexologie et internet

Posted on 5, Mar, 2014 | Pas de commentaires
Sexologie et internet

Le lien que la sexologie entretient aujourd’hui avec Internet est très étroit. S’agissant d’un sujet aussi intime que la sexologie dont il est difficile de parler, la bibliothèque que représente Internet s’invite naturellement dans la démarche de recherche d’information du sujet qui souffre.

Je ne parlerai pas du rôle que joue le web social dans la sexologie que ce soit pour résoudre ou pour satisfaire des besoins d’ordre sexuels qu’ils soient naturels ou pathologiques. Je ne vais aborder le web que sous l’angle « réservoir de connaissances ».

Ne pas être satisfait de sa sexualité impose de chercher une solution, une réponse. Le web est une ressource logique pour satisfaire cette quête.

A l’inverse le web représente aussi un reflet de ce que l’on peut imaginer être la normalité et dans ce cas c’est une personne qui ne souffre pas qui se voit imposer l’idée d’une dysfonction sexuelle ignorée ou inexistante.
La souffrance d’ordre sexuelle n’existe que par rapport à une attente et il est tout a fait concevable que la prise de conscience de cette nouvelle réalité vienne d’un média comme Internet.

La première question que doit se poser le patient est « de quoi je souffre exactement ? » Cette notion de diagnostic est primordiale car avant de trouver une réponse juste, encore faut il poser la bonne question. La question rituelle que chaque sexologue pose à son patient est « de quoi souffrez vous ? ». Le diagnostic exact est souvent différent de la réponse initiale, que ce soit une erreur de vocabulaire ou l’interprétation de signes qui ne conduisent pas à la bonne conclusion.

Le rôle du professionnel est donc tout d’abord d’étiqueter soigneusement le problème en cause avant de penser proposer des réponses.
C’est surement là le premier biais ou la première cause de critiques à propos d’internet en sexologie car quand on pose une mauvaise question on a une réponse fausse.

La deuxième question que doit se poser le patient est « quelle solution pour mon problème ? »
Le web comme source de connaissance est évidente car il s’agit de la plus grande bibliothèque du monde mais aussi le règne de la dérégulation et de l’absence de contrôle des sources. Tout y existe du pire au meilleur. On peut tout trouver mais si c’est le royaume de la connaissance c’est aussi le siège de la désinformation. Le tri s’impose.
Qui mieux qu’un professionnel de la sexologie va pouvoir faire ce tri ?

Mon propos n’est surement pas de faire le procès de ce formidable outil, de cet inestimable apport à la connaissance qu’est Internet aujourd’hui. Cette révolution est omniprésente dans nos vies et il est impossible de critiquer le phénomène qui est tellement intriqué à notre quotidien que cela reviendrait à porter un jugement d’ordre philosophique, ce qui n’est pas le propos.

Pour conclure je dirai que Internet est indispensable et qu’il fait partie de nos vies de patient ou de thérapeute mais son bon usage impose une connaissance et une compétence que seul un sexologue peut vous apporter dans le domaine de la sexologie. Il est donc tout à fait licite de se faire aider par le professionnel qui vous guidera dans les arcanes de cet outil merveilleux.

Crédit images : http://www.freedigitalphotos.net

Leave a Reply